image d'un robot sous forme de barre en aluminium qui danse la salsa

Rapsw Calapsu Cano, Engine Dancing, 2020.




Atelier
Organisé par l'Espace Culture de l'Université de Lille
Octobre 2019 - mars 2020, Exposition le 10 mars 2020 à l'Espace Culture

Arts numériques et programmation créative




L'atelier "Arts numériques et programmation créative" a été mis en place en octobre 2019 par l'Espace Culture de l'Université de Lille et s'est terminé début mars 2020. Il a été développé et supervisé par Antonin Jousse.
L'objectif principal de cet atelier était de construire un dialogue sur le numérique, ses usages et les spécificités dont les participants souhaitaient parler. Chacun a pris ce terme sous un angle différent en fonction de ses propres préoccupations pour le rendre sous forme d'une œuvre visuelle.
L'atelier a donné lieu à la création de cinq installations (une par participant) traitant de l'impact du numérique sur l'environnement, de la surveillance des réseaux sociaux, des effets relationnels de ces outils ou de leur capacité à créer des moments relationnels.

Ci-dessous les créations des participants :





un écran posé dans un pot de fleur montre un arbre en animation

Stéphane Lhermitte, Arbre CTRL

Stéphane Lhermitte, Arbre CTRL
Un arbre virtuel bouge dans un pot de fleur, ce dernier n’a pour feuille que les mots de Lucrèce et de sa nature des choses, ici lus par Stéphane Lhermitte.
La touche contrôle (CTRL) permet à l'ordinateur de lancer un ensemble de commandes sans utiliser la souris. Par exemple avec un logiciel texte (LibreOffice), je modifie rapidement une phrase ou un mot en appuyant sur la touche : ctrl + x. Je coupe un texte. C'est magique. Si l'humain contrôle sa machine. Il ne maîtrise pas la nature. Il la détruit. Lucrèce et son poème philosophique du 1er siècle permet de réfléchir sur nos actions.



image d'un robot sous forme de barre en aluminium qui danse la salsa

Rapsw Calapsu Cano, Engine Dancing

Rapsw Calapsu Cano, Engine Dancing
Cette installation convoque l’interaction entre l’homme et la machine à travers le mouvement. Un moteur lié à un mécanisme électronique tourne de manière aléatoire lorsqu’il détecte la présence de l’homme à l'aide d'une caméra. En son cœur, un microcontrôleur programmé pour effectuer une seule tâche : produire du mouvement. Ce dispositif se présente comme une forme de danse à venir ... évoquant la synchronie d’un duo chorégraphique.



des écrans font des recherches sur google pendant qu'une lampe rouge éclaire la pièce

Chloé Curien, Data Heater

Chloé Curien, Data Heater
Cinq ordinateurs naviguent sur Google, font des recherches sur le réchauffement climatique et l'écologie. Une lumière rouge les devance, projetant sa chaleur vers le public. Data Heater montre le lien qui existe entre l'accumulation de données collectées par les ordinateurs puis stockées dans des centres avides d'énergie, et le réchauffement climatique actuel, produit en parti par ces data center, symbolisé par la lampe chauffante.



une grille d'image proche d'Instagram montre un ensemble d'yeux qui regardent dans pleins de direction

Fayza Ali, ERROR 404

Fayza Ali, ERROR 404
Via une interface similaire à celle d’Instagram sont projetés sur un fond noir neuf yeux agités, tandis que des carrés blancs ornent le sol. A l’ère du tracking informatique, toute action en ligne est observée. C’est ce que représentent ces yeux nerveux, braqués sur le spectateur. Les carrés au sol, eux, représentent des zones blanches, à la fois symbole de la non connexion et de la protection contre ce tracking et à la fois cible pour le programme. Dès lors que l’utilisateur est dessus, un glitch apparaît : la communication est coupée. Error 404.



une animation projetée montre des lignes jaunes qui défilent

Luisana Rojas, Maiquetía (D’après Cruz-Diez)

Luisana Rojas, Maiquetía (D’après Cruz-Diez)
La projection présente est une interprétation numérique de Couleur Additive dans le hall central, de l’artiste Carlos Cruz-Diez, dans l’Aéroport International Simon Bolivar au Venezuela, pays natal de Luisana Rojas. Cette œuvre représente la distance entre les personnes, surtout entre les vénézuéliens qui sont dans le pays et les autres en dehors. A travers les lignes chromatiques en mouvement et l’espace noir central, cette animation symbolise le mouvement et cet éloignement à la terre natale.



photographie de groupe des cinq participants à l'atelier

Participants à l'atelier, Lille, 10 mars 2020



Atelier organisé par

logo de l'université de Lille logo la direction culture de l'université de lille